Mon père ce bâtard

Thriller - Documenteur - Unitaire - Documentaire

Présentation

Pitch

En enquêtant sur l’histoire de mon père qui prétend être le fils caché de Léopold III, quatrième roi des Belges, je ne trouve rien d’autre que les films, les photographies et les documents… que j’ai fabriqués spécialement pour lui.

Postes recherchés

Producteur, mécène

Matériel et accessoires recherchés

Dates et lieux de tournage

Stade actuel d'avancement

En développement

Synopsis

Mon père affirme être un enfant naturel de Léopold III, quatrième Roi des Belges. Mais il n'en subsiste aucune preuve. Pas de lettres, pas de photos, aucun document. Juste une multitude de signes, garants risibles d’une intuition aussi puissante qu’émouvante. Faut-il les les croire, faut-il la suivre? Pour arriver où? A quoi? Au journaliste qui lui poserait des questions, mon père affirme qu’il ne saurait pas quoi lui dire. Ce n'est pas à lui de le faire, affirme-t-il, c’était à ses parents de le faire. Dès lors, comment bâtir sur du sable? Comment se construire quand il y a un mystère sur ses origines, un secret soigneusement entretenu? Quand il ne reste pas une trace, pas un indice? C’est l’histoire d’un petit garçon qui tente de démasquer l’imposture qui a démoli son père: il tente de rassembler les pièces d’un drôle de puzzle dont il ne connaît ni la pièce manquante ni la place qu’elle occupe. 

Note d'intention

A l’âge de 30 ans, mon père découvre un document sur lequel son père officiel a inscrit « enfant adultérin » à côté de son nom sur un arbre généalogique. Depuis, il affirme qu’il est un bâtard, un enfant illégitime, un fils de bât, un avoutre, un champi. Ne dit-on pas qu’un chien bâtard est un animal qui participe de deux espèces différentes ? Mon père est un être hybride. Au Moyen-Age, sur le plan religieux, la tache de bâtardise est une macule, une trace héritée du péché commis par les parents. Cette tache continue de souiller l’enfant après le baptême, le sang véhiculant une probabilité de mauvais penchant. Quant au civil, elle est plutôt une infâmie d’opinion, un défaut de réputation. Un enfant qualifié de bâtard est moins estimable que celui qui ne l’est pas même si, à l’époque, l’enfant bâtard, cet enfant de l’amour, était souvent considéré comme plus fort et plus beau. Mais la bâtardise, c’est surtout une rupture dans la transmission. Un déni. Un manque. Un trou béant. Mon père ne sait pas d’où il vient. Il ne connaît pas son père. Il n’a pas été reconnu. Or, être reconnu, c’est partager un pouvoir, un territoire, des émotions, des racines. C’est du ressort de l’appartenance.

Dans un livre qu’il adresse à ses 5 enfants, mon père prétend avec force et conviction être un enfant illégitime de Léopold III, quatrième Roi des Belges (1901-1983). Cependant, il ne fait que piocher parmi les mille et une rumeurs familiales, commençant par celle où ma grand-mère Claire de Rosen de Borgharen, alors femme mariée, proche de la Cour, se serait trouvée au château royal de Ciergnon en août 1939, soit neuf mois avant sa naissance.

Au journaliste qui lui poserait des questions, mon père affirme qu’il ne saurait pas quoi lui dire. Ce n'est pas à lui de le faire, affirme-t-il, c’était à ses parents de le faire. Dès lors, comment bâtir sur du sable? Comment se construire quand il y a un mystère sur ses origines, un secret soigneusement entretenu? Quand il ne reste pas une trace, pas un indice?

Alors, il s’accroche: à l’instar des enfants de parents porteurs de secrets, il prétend avoir senti quelque chose, son intuition ayant détecté la faille dans les paroles d’une mère qui pensait utile de tenir son enfant à l’écart d’une information pénible et qui espérait le préserver de souffrances inutiles. Bientôt, il questionne et ses questions suscitent chez sa mère des réactions de colère, de tristesse ou de gêne incompréhensibles. D’après Serge Tisseron, psychanalyste et spécialiste des secrets dans la famille, ces réactions, les « suintements » du secret de famille, incitent l’enfant à penser qu’on lui cache quelque chose de grave et l’invitent à le deviner tout en lui interdisant tacitement d’y parvenir. De cette injonction contradictoire naissent des troubles dans sa construction psychique: le traumatisme vécu et tu par la première génération « ricoche » sur la deuxième, voire sur la troisième: j’ai hérité de la honte de mon père qui, par loyauté, avait refoulé le désir de comprendre et de connaître. Et ça fait des dégâts. Devenu père à son tour, mais profondément blessé par le silence qui a été imposé autour de sa naissance, Léopold Philippe Ghislain Havenith fût privé de toute forme de lien avec son géniteur.

40 ans et 11 déménagements plus tard, mon père échoue dans les Hautes-Fagnes, exactement là où il passait toutes ses vacances avec sa mère. Il semble qu’il ait depuis toujours pratiqué une sorte de politique de la terre brûlée : tout jeter, ne rien trier, ne rien garder ou presque. Toujours tout recommencer à zéro, avec, à chaque fois, un peu moins d’argent. C’est dans sa maison adossée à la lande arride et austère que, inlassablement, je le filme, le le questionne, sollicite sa mémoire vacillante.

Pour raconter cette histoire insensée, tous les supports seront convoqués : photographies, diapositives, vidéo8, Super 8, vidéo HD, animation, 16 mm. Je ferai le film sous les yeux des spectateurs, faisant appel à des souvenirs souvent tronqués, ressuscitant maris trompés et rois de Belgique portés sur le sexe et la gaudriole, mélangeant le vrai et le faux avec enthousiasme. Mon enquête est hors du commun, je la conduirai donc avec mes propres lois: témoignages récités par des comédiens, films super8 de reconstitution, dialogues écrits pour mon père, etc. Même si certaines de ces sources n’existent pas (ou plus), je les réinventerai, je les reconstituerai dans un joyeux mélange. En voix off, avec un style identique à celui employé pour l’écriture de ces textes, je raconte une histoire à mes enfants, celle d’un petit garçon qui tente de démasquer l’imposture qui a démoli son père. Pour eux, avec eux, je rassemble les pièces d’un drôle de puzzle dont je ne connais ni la pièce manquante ni la place qu’elle occupe. C’est tout l’enjeu du film: je ne vais pas raconter, je vais faire. Taper dans la matière jusqu’à ce qu’elle me réponde. Demander une réponse au film que je suis en train de réaliser. Clashes temporels et de lieux. Faire un travail sur la trace.


Extrait de la continuité dialoguée

Matériel de tournage disponible

ITW, beauty shots

Liens utiles et informations complémentaires

Remerciements

En développement