Paralysie

Société - Unitaire - Fiction
Image de Paralysie

Présentation

Pitch

Il faut ressentir, être confronté à cette force qui nous bloque, nous empêche de réagir face à une situation de harcèlement. La paralysie n'est pas que du côté de la personne agressée, elle s'installe surtout chez ses spectateurs. Le confort, la gêne et le manque d'empathie créent un mur entre l'agression et notre intérieur. Ce film veut agir comme une goutte d'eau qui viendrait éroder lentement ce mur.

Postes recherchés

Producteur(s)

Régisseur(s)

Matériel et accessoires recherchés

Dates et lieux de tournage

Stade actuel d'avancement

Étape d'écriture du scénario.

Synopsis

Image noire et son d’un arrêt de tram. L’image s’ouvre sur le portable du personnage derrière la caméra, il fait défiler son fil d’actualité. Le tram arrive devant les pieds du personnage. Il lève la tête (la caméra se lève), ouvre une porte et rentre. En face de lui se trouvent trois personnes à l’air gênées qui regardent discrètement devant elles. Une fois dans le tram, la caméra se retourne et découvre la scène : une fille se fait harceler par un garçon. Elle est début, il lui parle très près de son oreille et commence à lui toucher doucement la joue et la jambe. La fille reste paralysée, n’arrivant même pas à parler, essayant de lui esquiver sans réussir. Toute de suite une fille intervient et repousse le garçon qui choqué devient agressif. Entre la fille et un autre garçon ils immobilisent l’agresseur. Un autre passager tire sur le signal d’alarme du tram. La personne derrière la caméra appelle la police. Une fois le tram arrêté et l’affaire plutôt sous contrôle, un mouvement de caméra ramène le spectateur au début de la scène d’harcèlement. Le tram en marche, les arrêts défilent, personne ne bouge, certains passagers se retournent pour ne pas assister à la scène, un retire ses écouteurs et les remet, un autre part du wagon. Le regard de la personne derrière la caméra bascule entre son portable, les autres passagers et discrètement, de temps en temps, la scène de harcèlement. Celle-ci se déroule plus lentement et discrètement, mais la détresse de la fille se ressent tout autant. Le temps s’étire, l’air s’alourdit. La fille, arrivant à son arrêt, sort presque en courant et le garçon sort derrière elle décidé à la suivre. À travers la vitre (le personnage derrière la caméra reste dans le tram, tout comme le reste des passagers) on voit la fille partir en courant et le garçon toujours derrière elle. La personne derrière la caméra fait comme si de rien n’était, les autres passagers lui regardent à moitié gênés mais soulagés. Elle ressort son portable et continue à regarder le fil d’actualité.

Note d'intention

À travers une caméra subjective à l’épaule, un son uniquement nourrit par la réalité, sans aucune musique, et concentré sur les bruits de la personne derrière la caméra (avec un micro-cravate) en y ajoutant les sons d'ambiance pris par une perche, et un montage presque sans coupure, tel un faux plan séquence, le spectateur n'a d'autre choix que de se laisser guider. La nuit, il ressentira l'événement directement sur sa peau.

Extrait de la continuité dialoguée

Matériel de tournage disponible

Une caméra Canon 5D mark iii

Liens utiles et informations complémentaires

Remerciements

En développement