Légendes d’Alsaces Série historico-fantastique au format court

Fiction - Série - Fantastique
Image de Légendes d’Alsaces Série historico-fantastique au format court

Présentation

Synopsis :

Le légendaire alsacien est l'un des plus riches de France. Un imaginaire profondément ancré, où se distinguent encore, malgré les efforts séculaires de l’église, les traces des croyances anciennes.

Aujourd’hui, il y’a presque autant de légendes en Alsace que de villages, forêts et lieu-dit.

Dame blanche, sorcières ou lutin facétieux, qui ne connait pas une légende liée à un lieu Alsacien ?

Les légendes d’Alsace racontent comment notre monde moderne, ultra connecté rentre parfois en collision avec un univers millénaire peuplé de mystères.

Si, lors d’une promenade innocente,  les yeux plongés dans votre smartphone vous piétinez des artefacts séculaires,

Si  aux abords de l’œil de la sorcière, vous trouvez sous une pierre un livre nommé Hexenhammer,

Si, au château du Haut-Barr vous traversez le pont du diable en chantant, 

Alors les Dieux oubliés d’Alsace pourraient très bien vous plonger dans un univers dont vous n’avez pas idée.

Concept :

Légendes d’Alsace c’est série pensée avec un format calibré qui permet de réaliser des épisodes dans un esprit de mutualisation. C’est aussi une vitrine pour faire découvrir des lieux Alsaciens fascinants qu’ils soient urbains ou champêtres.

Les histoires traitées dans les épisodes peuvent être historiques, modernes ou futuristes car la scène est immuable, seul les protagonistes changent.

Cette richesse de légendes est une manne pour l’adaptation de scénarios filmiques. Le concept de la série prend ses sources dans le réel. On peut dès lors avoir envie de visiter le lieu dans lequel il a été tourné pour continuer l’histoire.

A la manière d’un jeu de piste, on peut vivre soi-même l’épisode, des indices signalétiques crées en partenariat avec les villes ou village peuvent y être apposés. L’idée est que le réel et l’imaginaire se confondent.

Visionner l’épisode dans le lieu même est possible. En effet une option d’écriture en réalité augmentée y a été prévue dans le format scénaristique.

Un format calibré

Influencé dès l’adolescence par la 4ème dimension, X-files et plus récemment black Mirror, j’ai réfléchi à un format de série simple.

Cette structure scénaristique permet de mutualisé le concept avec plusieurs intervenants afin de créer des rencontres entre les techniciens locaux.

Chaque épisode commence par l’introduction du récit de la légende qui va être traitée.

Un conteur (se) explique brièvement sa légende en Alsacien sous-titré (VOSTAL).

La légende met en scène des protagonistes face à la découverte d’une légende. Ceux-ci en sont les victimes (en bien ou en mal), sans jamais réaliser qu’ils vivent une légende. Seul le spectateur est dans la confidence.

Puis, l’histoire se termine par la conclusion du conteur (se) qui résume la légende et invite le spectateur à découvrir le lieu où l’histoire a été tournée. Ce format court est prévu pour durer moins de 15 minutes.

Certains plans des épisodes ont l’obligation d’être fixes dans certaines scènes pour permettre le tournage en réalité augmentée. (par exemple un banc ou deux personnages échangent).

Loin, très loin de la débauche d'effets spéciaux et du déluge pyrotechnique qui caractérise notre cinéma actuel, l’idée est de jouer au chat et à la souris avec l'imaginaire, tout simplement d'inclure l'indicible, le merveilleux aussi bien que l'inquiétant dans la banalité de notre quotidien.

Exemple d'un épisode:

Prémisse : Un frère et une sœur arpentent le chemin de leur enfance entre souvenirs et retrouvailles, ils vont finir par se perdre a jamais victimes de l’herbe qui égare…

Le film parle de la relation frère-sœur, du passage de l’enfance à l’âge adulte et bien évidement de sorcellerie, de rites païens dans un monde ou la mythologie bien qu’oubliée n’a rien perdu de sa force.

Cet épisode possède plusieurs lectures :

-la version grand public qui narre le monde magique Alsacien et les risques qu’encourent les touristes qui arpentent cette belle région.

-La version initiés qui traite de l’esprit de la nuit de Walpurgis traitée par de nombreux auteurs. Cette  relecture n’est pas essentielle à la compréhension de l’histoire.
(Voir les recherches supplémentaires) 

La légende dont est tirée l'épisode

Une légende très ancienne qui prends ses racines dans la région d’Altkirch mais qui a des échos aussi dans la vallée de Thann en voici le récit :

Au siècle dernier, une femme du canton de Masevaux, partit de bon matin pour aller faire des fagots de bois dans le bois Thannerhubbel. Elle arriva sans encombre sur le lieu de son travail, puis, vers la fin de la matinée, elle voulut regagner son domicile, Pour y préparer le repas de midi. Elle se mit donc en route, à pas pressés, sans trop regarder son chemin. Enfin elle parvint à la lisière du bois. Mais, à sa grande surprise, elle ne se trouvait pas du côté de Masevaux : les vignes de Thann s'étendaient devant elle. — Aurais-je marché sur l'herbe qui égare ? pensa-t-elle. Puis elle rebroussa chemin. Mais elle eut beau s'efforcer de rejoindre Masevaux, par deux fois elle déboucha encore du côté de et Bitchwiller-les-thann. Enfin, en suivant le fossé qui contourne la maudite de forêt, elle rattrapa la grande route et rentra chez elle, bien fatiguée, au beau milieu de l'après-midi.

En Alsace, on retrouve pareille histoire dans la région d’Altkirch. Odile Gevin-Cassal, qui l'a contée, fait passer une femme égarée devant l'oratoire forestier de sainte Catherine, qui la remet sur la bonne route après lui avoir dit d'enlever du bas de sa jupe un fragment d'herbe d'oubli qui s'y était accroché.

Selon Paul Sébillot, la croyance à l'herbe qui égare était fort répandue au XVIIe siècle : on la nommait «l'herbe de fourvoiement». Cette plante, que l'on n'a jamais pu identifier et pour cause serait, d'après les Franc-Comtois les gros malins —, le plantain. Il suffisait de fouler cette plante avec ses chaussures, ou d'en avoir un brin après ses vêtements, pour perdre son chemin et tourner en rond.

Cette mystérieuse plante s'appelait égaire en Normandie, herbe maudite ou herbe des tournes en Saintonge, herbe à adirer en Anjou, herbe d'oubli en Haute-Bretagne et en Lorraine, herbe à la recule en Franche-Comté.

En Basse-Bretagne, c'est l'Herbe, ar Iotan. Elle est habitée par un esprit malin, et, la nuit, devient phosphorescente comme un ver luisant. On pouvait cependant annihiler sa puissance en retournant l'un de ses vêtements. En Normandie, l'égaire poussait près du château de Robert le Diable. Doit-on s'en étonner ? L'herbe qui égare est aussi appelée, selon Stoeber, l'herbe de Walpurgis. Elle est signalée en Thuringe et en Franconie. Son nom provient-il du fait que les sorcières l'utilisaient durant la nuit de la Sainte-Walpurgis fier mai, afin de se rendre invisibles ? Grimm, dans la Mythologie allemande, parle lui aussi, de cette étrange plante. «Pour éviter de se perdre, écrit-il, le piéton doit s'asseoir et changer ses souliers de pied, ou, si c'est une femme, dénouer son tablier et le remettre à l'envers. Changer ses souliers de pied, voilà une méthode qu'aurait bien dû connaître un certain montagnard du Jura. Chaussé de brodequins neufs, notre homme s'en alla, un jour, à la foire de Saint-Claude. Au retour, il marcha sur l'herbe qui égare et se mit à tourner en rond sans pouvoir retrouver son chemin. A la fin, il se coucha et s'endormit de fatigue.

A son réveil, il fut bien étonné de voir ses souliers déjà tout usés ! Gageons qu'il n'avait pas bu assez de vin d'Arbois, duquel on dit que «plus on en boit, plus on va droit» !

Liste de quelques épisodes :

Je hais l’Alsace :

Muté en Alsace ce Parisien critique et se moque des Alsaciens qu’il surnomme ‘les casques à pointes’ il s’assoupit après avoir abusé de kougelhopf et se voit plongé dans un rêve particulièrement angoissant.

Les teuffeurs :

Des fêtards organisent une soirée sauvage techno aux sonorités tribales en pleine forêt. Il faut parfois se méfier des forêts magiques Alsaciennes. Surtout en pleine nuit de Sabbat.

L’amoureux :

Comment vivre une idylle avec une dame blanche ? Une histoire d’amour qui traverse le temps.

La sirène du lac de la Lauch :

Ce chasseur ne laissera personne s’approcher de la prison dorée qu’il à créer pour sa sirène dont il est passionnément amoureux.

En développement