Caligula

Unitaire - Fiction - Société
Image de Caligula

Présentation

Pitch

« Qu’ils me haïssent pourvu qu’ils me craignent ». Ce n’est pas un hasard
si Antoine a choisi « Caligula » comme pseudonyme. Comme l’empereur
romain, Antoine met tout en œuvre pour maintenir sa réputation
sulfureuse. Or, à la suite d’une révélation sur ses origines, il devient la risée
des réseaux sociaux.
Antoine décide alors de retourner chez lui pour rétablir son image.

Postes recherchés

Régisseur(se) général(e)

Chef(fe) Déco

Matériel et accessoires recherchés

/

Dates et lieux de tournage

Strasbourg.

Du 17 au 21 mai (dates susceptibles de changer)

Stade actuel d'avancement

pré production

Note d'intention

« Une bonne réputation vaut mieux que de grandes richesses », ce proverbe
semble avoir guidé la vie de mon grand-père. Il a commis des exploits, des folies, des
bêtises afin que personne ne puisse parler en mal de lui. Il travaillait avec
acharnement, sans compter ses heures, pour être le meilleur représentant de
commerce de sa zone, de sa société, puis de sa branche et dépensait ensuite tout
son argent en costumes et articles de luxe. Ma mère a de nombreux souvenirs de
bagarres dans les restaurants, les files d’attentes pour un regard de travers, un mot
maladroit en son encontre. Pour ma part, je me souviens qu’il aimait me raconter ses
exploits professionnels, sportifs. Sur le trajet du retour, ma mère rectifiait, il fut certes
coureur de marathon mais n’avait jamais remporté une course contre le grand Alain
Mimoune. Le jour de sa crémation, j’ai appris qu’il était né sans père dans la
campagne bretonne des années 30. Je n’ose imaginer ce qu’il a dû subir comme
moqueries, mises à l’index, stigmatisation dans cet environnement extrêmement
conservateur. Le « bâtard »… Depuis, je suis convaincu que ce qui on le plus besoin
d’être admirés, sont ceux qui ont eut le plus à souffrir de l’opprobre.
Aujourd’hui avec les réseaux sociaux, les réputations se font et se défont à une
vitesse impressionnante. Une bonne E-réputation peut s’acquérir en quelques mois ou
semaines à peine, se traduire en monnaie sonnante et trébuchante et en autres
avantages sociaux. Par contre, une mauvaise réputation ne s’efface véritablement
jamais. Le droit à l’oubli n’existe pas sur le web. Tout ce que nous écrivons, les photos,
vidéos que nous postons ou qu’on poste sur nous circulent très vite, se retrouvent
toujours, et sont potentiellement visibles par une audience mondiale. A cause d’une
photo prise lors d’une soirée arrosée, de propos ironiques sur la situation sanitaire,
d’insultes adressées à un troll provocateur, tout un chacun aujourd’hui peut être
confronté à trainer une réputation qui peut nuire à sa vie professionnelle ou
personnelle. Alors comment vivre avec une mauvaise réputation à l’ère des réseaux
sociaux ? Il me semble que les rappeurs ont beaucoup à nous apporter en ce
domaine. Ils jouent sans cesse avec leur stigmate et son retournement. Je me souviens
d’un copain rappeur de mon petit frère. A chaque fois qu’il prenait le micro, tout le
monde dans le quartier le moquait en l’appelant soit le gros, soit le blédard car il
venait d’Algérie avec sa famille. Au début, Il usait des poings pour se défendre mais
après beaucoup d’égratignures, il s’est résolu à se faire appeler « Biggie Bled » et est
devenu pour quelques années la star du quartier. « Caligula », lui, est une star des
réseaux, nous vivons avec lui sa libération. « La vraie richesse c’est de n’avoir rien à
perdre, ni objet, ni maison, ni réputation. »


En production